rugissement

A l’appel des organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires de notre département, le 31 Janvier dans la fonction publique représente à nos yeux le début d’un rapport de force sur nos revendications exprimées : emploi, salaire, journée de carence et avenir des services publics.

La manifestation du Mans, qui a regroupée derrière les banderoles environ 1 000 manifestants, a démarré Place de la Préfecture où le cortège s’est ensuite dirigé vers la permanence parlementaire de Françoise Dubois, députée de la 1ère circonscription de la Sarthe, élue de la majorité présidentielle. Une demande de rencontre lui avait été adressée et celle-ci a attendu les manifestants qui ont largement exprimés leur mécontentement vis-à-vis de la politique proposée par le gouvernement aux fonctionnaires. A l’issue de la prise de parole unitaire pour rappeler nos exigences et nos attentes depuis les dernières élections, Françoise Dubois a reçu une délégation des syndicats pour entendre leurs revendications.

Pour la CGT Fonction Publique, la délégation était composée de : P.Kéravec, de la Fonction Publique Hospitalière, T.Aubry, de la Fonction Publique d’Etat et de G.Armange, pour la Fonction Publique Territoriale.

 Au nom de notre organisation syndicale, nous lui avons réaffirmé qu’il était nécessaire d’écouter le mécontentement des fonctionnaires dans la rue où certains avaient contribué au changement de politique dans notre pays. Les coupes sombres sur l’emploi continuaient à exister dans certains ministères avec des conditions de travail qui se dégradent, que le pouvoir d’achat des fonctionnaires gelé depuis 2010 était en régression de manière permanente, qu’il fallait attendre près de 15 ans de carrière pour obtenir seulement 28 euros bruts, et que l’instauration de la journée de carence amputait encore le net à payer mensuel. Sur ce sujet, nous avons réaffirmé l’abrogation de cette loi et que la gauche pouvait le faire dès son arrivée au pouvoir. Nous avons été écoutés mais sans réponse de la part de la députée, seule réponse : « il faut être patient et nous en avons encore pour 1 an » !!!… à se serrer la ceinture. C’EST INACCEPTABLE ET NOUS N’ATTENDRONS PAS SI LONGTEMPS.

Les organisations syndicales vont analyser sur le territoire cette action et proposer rapidement des perspectives d’action pour se faire entendre. 

Pour lire la déclaration unitaire, CLIQUEZ ICI…

commodo Praesent ipsum venenatis nec eleifend Sed dolor fringilla