mobilisons-nous pour une rentrée sociale offensive !

Contre le retour à l’anormal, mobilisons-nous pour une rentrée sociale offensive !

Le monde d’après promis par Macron, un monde d’égalité, de justice, de paix ressemble brutalement au monde d’avant le confinement. Le gouvernement vient certes de changer, mais la politique annoncée par Macron et Castex reste identique. Aucune remise en cause de la casse des services de santé et de la protection sociale. Ils n’ont en effet aucun intérêt à ce qu’il en soit autrement pour drainer les richesses du travail vers les tenants de la finance !

Alors que l’épisode pandémique n’est toujours pas terminé, les discours à tonalité sociale de mars dernier ont donc vite été oubliés et le gouvernement et les dirigeants renouent avec les pratiques d’avant. Oublié·e·s les nombreux·euses agent·e·s qui sont par leur mission parmi les premiers de corvée.

TÉLÉCHARGER LE TRACT ICI

PASSONS DE LA COLÈRE À LA MOBILISATION !

Stop aux poursuites contre Anthony

Les organisations syndicales de la Fonction publique – CGT, FAFP, FO, FSU et Solidaires – expriment leur complète solidarité avec Anthony Smith, inspecteur du travail, injustement suspendu de ses fonctions depuis plus d’un mois par sa hiérarchie. Elles exigent la levée immédiate de la suspension d’Anthony et l’abandon de toutes les procédures envisagées à son encontre.

Les aides à domicile ne doivent pas être les grandes oubliées

Le secteur de l’aide à domicile, dans sa globalité – secteur associatif, privé lucratif, particulier employeur, service public – représente environ 2 millions de salarié.e.s dont 97% sont des femmes qui travaillent sur du temps
partiel imposé et ont des salaires de misère.

Les aides à domicile, auxiliaires de vie ou aides-soignantes se retrouvent en première ligne, face à la pandémie, sans protection ou à la marge, alors qu’ils ou elles interviennent chez les usagers ou patients qu’ils ou elles aident, soignent, en contact direct avec ces personnes et dans l’impossibilité de garder une distance de sécurité, faute de moyens.

Une situation alarmante et inacceptable :
- manque total ou partiel de matériel de protection : masques, gel, surblouses ;
- certaines structures ont fermé leur accueil, il n’y a donc plus aucune communication, ni avec les usagers, ni avec les salarié.e.s. Les professionnel.e.s sont donc livré.e.s à eux-mêmes ;
- les conditions de travail déjà déplorables se sont considérablement dégradées ;
- ce contexte totalement anxiogène crée des angoisses tant chez les personnels que les personnes accompagnées ;
- des cas de contamination de salarié.e.s dans certains départements, causée ou non par le contact avec les usagers et un risque de contaminer sa famille mais aussi d’autres personnes âgées, fragiles et vulnérables ;
- il y a urgence à réaliser des tests de dépistages systématiques auprès de l’ensemble du personnel mais aussi des personnes prises en charge à domicile ;
- il y a urgence à obtenir du matériel de protection (masques FFP2, masques chirurgicaux, blouses, gants, gel hydroalcoolique) pour l’ensemble des salarié.e.s et en nombre suffisant, pour faire face au développement de l’épidémie.

Beaucoup de familles, aujourd’hui, refusent l’intervention des salarié.e.s au domicile de leur(s) parent(s).

Dans un même temps, la mise en place du chômage partiel est très disparate voire, parfois, refusée dans un secteur déjà très fragile économiquement.

La politique menée depuis des années, visant à développer l’aide et le maintien à domicile des personnes âgées, doit être accompagnée des moyens permettant un accueil de qualité pour les usagers – avec des conditions de
travail décentes pour les personnels qui assurent le soin, l’aide – et de préserver le seul lien social dans cette période de confinement.

Avant cette crise sanitaire, beaucoup de structures étaient déjà en grande difficulté financière et faisaient face à un manque de moyens dû à des années de politiques gouvernementales d’austérité, dans le secteur du grand âge. Et, aujourd’hui, plus qu’hier, les salarié.e.s se sentent complétement abandonné.e.s, invisibles et oublié.e.s de tous, alors que leur mission d’utilité publique est d’une importance vitale.

Pour la CGT, la continuité du service auprès des personnes doit être assurée tout en garantissant aux salariés leur droit à se protéger.

Des dispositions immédiates doivent être prises : des mesures de prévention, pour freiner la propagation de ce virus et des moyens pour soutenir les professionnels comme les personnes âgées.

Communiqué de l’union départementale CGT de la Sarthe

Le Mans, le 17 mars 2020

Hier soir, Emmanuel Macron a annoncé le renforcement des mesures de confinement, afin de faire face à l’épidémie de coronavirus.
La CGT ne peut qu’appeler l’ensemble des salarié(e)s, dans leur propre intérêt et dans celui de leur entourage, à observer les règles fixées par les autorités gouvernementales, en ce qu’elles doivent permettre d’endiguer l’épidémie. La limitation des déplacements et des contacts sont autant de mesures de bon sens qui peuvent éviter un engorgement meurtrier des structures médicales d’urgence.

La Fonction publique face à la pandémie (vidéo)

Expression de la CGT Fonction publique lundi 16 mars matin, à la sortie de la réunion de travail relative à la gestion du Covid-19 dans les services publics de façon à assurer la mobilisation des agents et leur protection.
Réunion présidée par M. Olivier DUSSOPT, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’action et des comptes publics.

Préavis de grève de 0 h à 24 h pour les journées du 3, 5 et 8 mars 2020

Madame et Messieurs les Ministres,

À l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous appelons les salarié.e.s et agents territoriaux à se mobiliser pour que les questions d’égalité femme-homme dans la société et au travail soient une priorité, tant dans le secteur public que dans le privé, considérant que la lutte collective contre les inégalités, les stéréotypes sexistes et les discriminations subis par les femmes sont l’affaire de toute la CGT !

Pour les femmes, de fortes inégalités existent dans l’emploi et l’insertion professionnelle, au travail et après, devant la retraite. L’écart salarial moyen stagne autour de 25 %. Dans la Fonction publique territoriale, les femmes perçoivent en rémunération nette moyenne 8,3% de moins que les hommes. Exiger cette égalité salariale, c’est 6 milliards d’euros de cotisation pour les caisses de retraite, et cela permettrait à une majorité de femmes d’acquérir une autonomie, en les sortant de la dépendance financière de leur conjoint.

LA RETRAITE PAR POINTS C’EST TOUJOURS NON ! (calendrier des actions du 12 au 20 février)

La retraite par points c’est toujours non! poursuivons la lutte jusqu’au retrait final du texte.

toutes et tous en grève le jeudi 20 Février 2020 Rassemblement à 13h30 Place de la Préfecture au Mans

 

Que l’on soit actifs ou retraités,jeunes ou vieux, femmes ou hommes, salariés du public ou du privé, privés d’emploi ou étudiants, nous sommes toutes et tous concernés.

 

VENEZ NOMBREUSES ET NOMBREUX !!

 

Toutes et Tous mobilisés le jeudi 6 février contre la casse de la protection sociale !

Le rassemblement interprofessionnel et unitaire est prévu à 13H30 avenue Rostoff sur Ledon, en bas de l’escalier menant à la mairie du Mans. Un barbecue est prévu à partir de 12H00.

 

L’UD appelle l’ensemble des syndicats à participer à cette action !  Bien entendu, concernant le temps fort du 6 février, la question de la grève doit être posée partout. En clair, il y a nécessité à organiser des réunions de syndiqués, de débattre avec les salariés, d’organiser les assemblées générales, sans oublier les indispensables piquets de grève le jour de cette mobilisation.

 

VENEZ NOMBREUSES ET NOMBREUX !!

 

Cette semaine d’action du 27 janvier au 1er février

Nous sommes entrés dans une nouvelle semaine de mobilisations et d’actions avec un temps fort de grèves et de manifestations mercredi 29 janvier 2020.

Comme c’est le cas depuis le 5 décembre, chaque syndicat doit tout mettre en œuvre pour réussir ces journées d’actions, dont celle du mercredi 29 janvier 2020 qui se situera la veille de la conférence sur le financement des retraites.

Face à l’arrogance du gouvernement, la lutte que nous menons s’inscrit dans la durée. A cet égard, comment ne pas saluer et féliciter l’action des Territoriaux la semaine dernière. Ils se sont massivement mobilisés par la grève reconductible en mettant en lumière leurs problématiques.

L’intersyndicale départementale s’est tenue ce matin et l’AG des syndicats cet après-midi. L’UD vous transmet le tract départemental unitaire qui est à utiliser le plus largement possible !

Dans ce tract, il y a le calendrier des luttes pour la semaine, il doit nous permettre de poursuivre le travail d’explication et ainsi réussir l’élargissement de la mobilisation.

La prochaine réunion de l’intersyndicale départementale se tiendra le jeudi 30 janvier 2020 à 9h30 dans les locaux de la CGT.

Après plus de 45 jours de mobilisation inédite, la retraite par points, c’est toujours NON !

Pour nous Territoriaux, la retraite par points, c’est :

Le calcul du montant de votre retraite sur la totalité de la carrière, au lieu des 6 derniers mois = PERDANTS

L’annulation des critères de pénibilité pour les catégories« actives» = PERDANTS

L’allongement de votre temps de carrière par la mise en place d’un âge d’équilibre =   PERDANTS

Travailler plus longtemps

pour une pension de retraite

au rabais !

Tract à diffuser 

 

libero accumsan tempus ut venenatis ipsum neque. amet, in sem, elit. et,