voici  la déclaration lue en conseil sup’ mercredi
pour accueillir le ministre Dussopt… qui n’a vraiment pas apprécié

Monsieur le Ministre,

Comme vous le savez, avec toutes les autres organisations syndicales représentatives des 5 millions de fonctionnaires et agents publics, la CGT a voté contre le projet de loi de Transformation ou plutôt de « Disparition » de la Fonction publique.

Cette loi rétrograde a été voté par le Parlement dans le courant de l’été, appelant une première journée de grève et de manifestations les 21 et 24 septembre. Le mouvement social va s’amplifier.

Les fonctionnaires et des contractuels nous alertent sur la dégradation de leur situation professionnelle. Le gouvernement ne donne pas satisfaction aux légitimes revendications des sapeurs- pompiers professionnels alors que leurs conditions de travail se détériorent dans les services d’incendie et de secours.

Aujourd’hui, vous venez nous présenter un calendrier d’ordonnances et de décret d’application décidé de manière unilatérale. Vous nous confirmez le caractère anti républicain des mesures gouvernementale supprimant une à une les garanties collectives (CHSCT, CAP) et ceci avec la complicité d’une majorité des employeurs publics ayant peur pour leurs intérêts particulier.

Les pères fondateurs du Statut – Maurice Thorez et Anicet Le Pors – portaient l’ambition républicaine d’assurer l’égalité de traitement des citoyens. C’est pourquoi, compte tenu de cette obligation d’intérêt général, ces ministres ont octroyés des droits supplémentaires.

Vous voulez refondre, de fond en comble, l’organisation de la gestion des carrières des personnels dans une logique de destruction de leurs droits et garanties collectives.

Vous Monsieur le Ministre, vous resterez dans l’histoire comme le fossoyeur du statut de la Fonction publique. Vous porterez la responsabilité de l’affaiblissement de la qualité des services publics de proximité. Vous porterez la responsabilité du développement des inégalités territoriales. vous serez responsables avec la classe politique de l’arbitraire et de la corruption qui se développeront partout au détriment de l’intérêt général.

Votre politique est anti sociale par nature. Vous nous lancez un défi car cela nous oblige à voir loin; à construire un projet de société et des services publics libérés de la marchandisation.

La CGT continue à revendiquer une politique de développement des services publics. Nous réclamons une véritable rupture avec les politiques d’austérité, politiques qui ne visent qu’à donner aux riches en appauvrissant les salariés. Nous réclamons la justice sociale.

La CGT continuera plus que jamais d’aller à la rencontre des agents de la Fonction publique et à construire avec eux les services publics que nos citoyens sont en droit d’attendre.