Non à l’accord de régression sociale du 11 janvier !

Aujourd’hui, dans tout le pays, des dizaines de milliers de salariés « ne lâchent rien ». Ils continuent de s’opposer à la restructuration ou à la fermeture de leur entreprise pour empêcher les milliers de  licenciements directs et indirects qu’elles entraînent.

Pas un jour, pas une heure sans que les salariés d’Arcelor Mittal, de Renault, de PSA, de Sanofi, de Virgin, de Candia, de Doux, de  Pétroplus, de Good Year, d’Alcatel Lucent, de la Banque de France, de  France Télévision, de Fralib, de Pilpa, et tant d’autres dans de plus  petites entreprises ne fassent la une des journaux locaux et des  journaux télévisés.

Les salariés résistent, parce qu’ils refusent de  voir leur outil de travail détruit alors qu’aucun motif économique ne le justifie. Ils ne veulent pas, et ils ont raison, être les « dindons de  la farce » des revirements stratégiques des grands groupes ou des  brusques ruptures de contrats commerciaux par les donneurs d’ordres !  Ils ne veulent pas, et ils ont raison, avoir pour seule perspective,  pour eux et leur famille, la précarité et l’inscription à Pôle emploi ! Pour lire la suite, CLIQUEZ ICI…

eget tempus diam dapibus velit, sed adipiscing quis libero. amet,